Le travail statique renforce l’énergie vitale en ouvrant la conscience et en affinant la perception de l’énergie et de la relation entre corps et esprit.
Les origines
On s’accorde généralement à dire que le Qi Gong remonte au moins à 2500 ans. Au fil des siècles, les exercices ont évolué selon les maîtres, selon les régions, selon la progression des connaissances dans le domaine énergétique, selon les courants philosophiques et politiques en vigueur. Différentes influences ont eu un impact sur le Qi Gong et se sont exprimées à travers lui : le chama­nisme, le taoïsme, le confucianisme, le boud­dhisme, la médecine traditionnelle, et les arts martiaux.
La pratique
L’expression « Qi Gong » est un terme générique utilisé depuis les années 50 en Chine pour désigner un ensemble hétéroclite d’exercices énergétiques : il regroupe aussi bien des méthodes qui remontent à la nuit des temps que des méthodes contemporaines ; pratiqué debout ou assis, il englobe des postures statiques, des enchaînements de mouvements dynamiques, des exercices respiratoires, des techniques de méditation, des auto-massages. Certaines méthodes sont liées aux saisons et aux organes qui leur sont associés, d’autres favorisent la stabilité des émotions, d’autres encore insistent sur le travail musculaire et articulaire.Le travail dynamique active le métabolisme et la circulation de l’énergie en mobilisant le corps dans sa globalité, en douceur et en lenteur, avec exigence et minutie.
Qi Gong (suite)